Michel, trente-trois ans, décrit une expérience qui lui a permis de comprendre ce qu’il recherchait vraiment chez une femme. « Après que ma femme m’eut quitté, j’ai ressenti de la colère et du désespoir pendant les deux premiers mois, puis j’ai repris pied, et j’ai même commencé à m’amuser un peu. Six mois après la séparation, je suis parti en vacances en Europe tout seul. A Rome, je visitai le Vatican pour voir le plafond de Michel-Ange à la chapelle Sixtine. Au moment où je regardai cette œuvre d’art majestueuse, je me sentis soudain submergé par un sentiment de profonde solitude comme je n’en avais jamais connu. Je me souvins à quel point mon ex-femme et moi-même avions toujours désiré visiter l’Europe, et quel plaisir extrême nous avions à visiter des musées ensemble. « Le reste de mes vacances fut plutôt triste. Je traînai jusqu’à la fin, en réalisant que j’avais perdu ma meilleure amie. La perte d’elle en tant qu’amante, les blessures d’amour-propre — tout cela je pouvais y survivre. Mais la perte de cette amitié-là m’était insupportable. » Si vous avez jamais entendu des hommes ou des femmes exprimer ce sentiment que leur partenaire est leur « meilleur ami » (ou amie), vous savez d’après la manière dont ils le disent à quel point ils sentent qu’ils ont de la chance. Alors que certaines personnes croient que l’extrême passion et l’extrême romantisme sont les preuves que la relation est totalement réussie, d’autres voient comme une bénédiction le fait de trouver en leur partenaire un ami et un compagnon, et c’est particulièrement vrai dans le cas des hommes. Avant la révolution sexuelle, on considérait comme improbable qu’un homme et une femme soient véritablement amis dans le cadre du mariage, compte tenu de leurs rôles très nettement différenciés et des tensions complexes existant dans ce que l’on nomme la « guerre des sexes ». Il en allait comme si ce lien si simple ne pouvait pas coexister avec les interdépendances compliquées d’ordre sexuel, familial et économique. Hommes et femmes se ressemblent beaucoup plus aujourd’hui, les uns et les autres sont dans le monde du travail. Les hommes participent davantage aux tâches domestiques et à l’éducation des enfants. Des études et des expériences centrées sur ce qui est spécifiquement féminin et spécifiquement masculin ont révélé que les hommes comme les femmes se sentent beaucoup plus libres d’exprimer aussi bien les aspects masculins que les aspects féminins de leur personnalité. A ce point de l’histoire, les hommes et les femmes sont impliqués de manière équivalente dans ce qui représente, incontestablement, une évolution énorme des rôles et comportements sexuels. Us sont plus compréhensifs, acceptent et apprécient davantage les différences naturelles entre les sexes. Après une longue période d’opposition, de tension et de défiance, suivie d’un changement positif, nous sommes entrés dans une ère d’égalité et de respect. Grâce à cette trêve, peut- être pour la première fois dans l’histoire, les hommes et les femmes découvrent ce que peut être l’intimité en dehors de la sexualité. Ce mouvement vers la réconciliation s’est accéléré du fait de la fin de la révolution sexuelle, mais aussi pour des raisons de santé. Les hommes et les femmes qui, s’ils s’étaient rencontrés en 1968 ou en 1975, auraient probablement eu des rapports sexuels passagers risquent davantage aujourd’hui de passer du temps ensemble dans le cadre d’une relation amicale platonique. Certains peuvent regretter le climat excitant de cette période de promiscuité sexuelle, mais le fait que le sexe a perdu de son importance a en réalité favorisé de nouvelles occasions pour les hommes et les femmes d’être amis. Un autre facteur qui les aide à accéder à l’amitié est né du flou qui entoure aujourd’hui la définition des rôles sexuels. Plus nos ambitions, nos luttes, nos expériences sont égales et semblables, plus grande est la possibilité pour nous, hommes et femmes, d’avoir des relations proches de celles que nous avons avec des personnes du même sexe. Les différences peuvent faciliter l’attirance, mais les ressemblances favorisent une confiance mutuelle. L’important, c’est de s’intéresser davantage à l’autre. Lorsque nous découvrons que nous avons beaucoup de choses en commun avec quelqu’un, nous sommes toujours très heureux de cette découverte et avons envie de partager davantage avec cette personne. Nous encourageons le lien durable et enrichissant qu’est l’amitié entre hommes et femmes et n’approuvons pas autant l’intensité romanesque, si brève et qui est davantage liée à l’imaginaire qu’à la réalité. Rappelez-vous les trois phases de l’amour : au cours d’une relation riche et adulte, le romantisme et l’idéalisation se transforment en un état plus durable et plus satisfaisant — nous sommes des compagnons l’un pour l’autre. Non que la passion ne soit plus qu’un souvenir; la passion peut et devrait être continuellement rallumée. Mais l’amitié est une chose essentielle et fondamentale. Nous sommes alors comme des esprits fraternels. C’est en fait l’un des liens les plus forts, particulièrement chez les hommes.